top of page

CELLART : L'origine et la création

Dernière mise à jour : 6 oct. 2023

Avant de nous enivrer, le vin est d’abord une histoire de partage, de passion, d’échanges, de rencontres. Durant les 6 dernières années, le vin nous a fait voyager, nous a conduit dans des recoins bien loin de la civilisation jusqu’aux contreforts de l’Himalaya.


L’idée de CELLART a émergé assez naturellement en 2019 après avoir sillonné les vignobles australiens et chinois. Plus qu’une simple envie d’entreprendre, c’est l’envie de partager nos découvertes qui nous incite à innover et proposer une nouvelle lecture de la consommation du vin avec pour but de remettre en son centre l’hédonisme, le bien-vivre et le partage.


Nous trouvions égoïste de conserver nos découvertes et de ne pas en faire profiter toutes les personnes curieuses qui suivaient nos pérégrinations viticoles en France et au-delà. Nous avons donc créé CELLART autour de 3 constats fondamentaux auxquels nous souhaitons apporter une solution.




1. La barrière à l’entrée.

Constituer sa cave à vin demande beaucoup de temps, de connaissances et des relations. Débuter une cave c’est faire face à une page blanche. Quelles appellations chercher ? Quels millésimes choisir ? Quels producteurs rencontrer ? Certains nous ont même avoué ne pas réellement connaître leurs goûts et leurs préférences, ce qui complique encore davantage la tâche.

Nous avons mis plusieurs années à constituer notre propre cave. Et chaque année, nous continuons de l’alimenter avec des nouveautés. Elle évolue au fil des saisons et de nos goûts, des régions que nous visitions et des vignerons que nous rencontrons.


2. La financiarisation du vin.

Depuis le début des années 2000, lorsque le marché chinois s’est ouvert à l’import de vins étrangers, les prix de certains vins ont augmenté de manière significative, victime d’une demande exponentielle pour des quantités qui elles restent relativement restreintes. C’est la loi du marché, mais cela va à l’encontre des valeurs que nous défendons dans le vin, un produit de plaisir destiné à être dégusté et non enfermé dans une cave à des milliers de kilomètres de son propriétaire.

Le seul service de conseil dont nous avions connaissance pour l’achat de vin était de l’ordre de l’investissement : comment constituer un portefeuille pour maximiser la plus value à la revente. Et dans l’histoire, les vrais amateurs n’ont plus droit au chapitre, car certains vins deviennent tout simplement inaccessibles ou si chers que nous avons peur de les ouvrir.

CELLART a pour ambition de lutter contre ces pratiques en remettant au goût du jour le plaisir, le partage, le bonheur d’ouvrir une bonne bouteille de vin avec son entourage. Tout simplement. Nous constituons des caves hédonistes, dont l’équilibre et la complémentarité représentent un enjeu central pour couvrir tous les moments de dégustation, peu importe la provenance ou le prix des bouteilles.


3. La standardisation.

La standardisation se retrouve bien trop souvent dans le monde du vin. Dans de nombreux grands groupes, les impératifs de régularité et de constance d’année en année incitent davantage à reproduire un style et un goût que d’exprimer le terroir et la mère nature qui ont contribué à sa naissance. Un vin qui a une âme vit de ses petites imperfections, qui le rendent précisément si unique. Il exprime le terroir d’où il émane, le climat dont il a bénéficié tout au long de l’année, les hommes et femmes qui l’ont façonné. Ces vins-là sont inimitables et ce sont ceux que nous recherchons.

Avec CELLART, nous souhaitions redonner sens à la personnalisation en la poussant à l’extrême. Il ne s’agit pas que de s’adapter aux goûts de chacun, mais de faire vivre une expérience complète et immersive qui permette à chacun de s’approprier sa cave. Échanger, déguster, faire voyager, partager sont autant d’éléments qui participent à rendre chaque cave unique.




La trilogie de CELLART, épisode 1/3.

Komentáře


bottom of page